Livraison en point relais offerte à partir de 45€ d'achat ! 🚚

nümorning

Les 7 étapes d'une bonne digestion

nutrition par Anaëlle le June 1, 2021

Mathilde & David

Au cours d'un repas et durant les heures qui suivent, un processus biologique se met en route dans notre organisme : la digestion. Celui-ci permet de transformer les aliments que nous ingérons en molécules assimilables. Il se déroule en plusieurs étapes que nous vous proposons d'explorer ensemble dans cet article ! Vous découvrirez notamment pourquoi chacune d'elle a son importance.

Schéma 7 étapes d'une bonne digestion

1. La bouche, point de départ de la digestion

Avant même que nous n'absorbions notre première bouchée, notre nez en perçoit l'odeur et envoie un signal déclenchant la production de la salive. Son rôle est d'humidifier les aliments et de débuter leur digestion. Elle contient une enzyme, l'amylase, qui permet de scinder les longues molécules d'amidon contenues dans notre nourriture en molécules de plus petite taille. Ce sont donc les glucides que notre corps transforme en premier.

En parallèle, les aliments sont broyés mécaniquement par nos dents. C'est la mastication. Cette étape est importante car elle permet, d'une part, de préparer et d'optimiser la digestion dans le reste du tube digestif mais aussi d'envoyer un signal à notre cerveau via un neurotransmetteur, l'histamine, pour augmenter notre sensation de satiété. Prendre le temps de bien mâcher ses aliments prend alors tout son sens.

Ces deux mécanismes, chimique et mécanique, permettent la formation du bol alimentaire qui sera poussé vers l'arrière par la langue, entraînant ainsi le réflexe de déglutition.

2. L'estomac et la digestion gastrique

Une fois avoir transité par l'oesophage sur une longueur de 25 cm, le bol alimentaire arrive dans notre estomac. Le pH régnant dans ce dernier est très acide (1,5 -2). Sa muqueuse sécrète du suc gastrique composé principalement d'acide chlorhydrique, de pepsine et de lipase. L'acide chlorhydrique stérilise le bol alimentaire en éliminant les bactéries qu'il contient.

En plus de cette action chimique, l'estomac agit mécaniquement sur le bol alimentaire. Il assure le brassage de celui-ci en se contractant de manière systématique. Le bol alimentaire, mélangé aux sécrétions de l'estomac est alors beaucoup plus visqueux et prend le nom de chyme.

Une alimentation très riche en glucides sera rapidement digérée par l'organisme car il s'agit des molécules découpées le plus facilement et en premier lors de la digestion. Après un tel repas, la faim se fait vite ressentir. Au contraire, une alimentation équilibrée, contenant des glucides mais aussi des protéines et des lipides demande plus de temps à être assimilée par notre corps qui sera donc alimenté en énergie de manière plus durable.

3. L'intestin grêle, lieu d'absorption des nutriments

Notre intestin grêle, long de 6 mètres, est divisé en 3 parties, le duodénum, le jéjunum et l'iléon. Après avoir quitté l'estomac, le chyme rejoint le duodénum. Des sucs digestifs provenant du pancréas et de la vésicule biliaire entrent en action. Ceux-ci terminent de dégrader les glucides, les protéines et les lipides en petits composés organiques, les nutriments, qui seront alors absorbés à travers les cellules de la paroi intestinale et pourront ainsi passer dans la circulation sanguine pour être distribués aux différents organes de notre corps. Les sels biliaires stockés dans la vésicule biliaire solubilisent les graisses et favorisent leur absorption.

4. Le gros intestin, élimination des résidus non assimilés jusqu'ici

Le gros intestin, aussi appelé côlon, est colonisé par près de 100 000 milliards de micro-organismes qui représentent notre microbiote. Ces bactéries sont nourricières, protectrices et gardiennes de l'équilibre du milieu. A ce stade de la digestion, seules les matières indigestes telles que les fibres alimentaires et l'eau sont encore présentes. C'est l'étape la plus longue de tout le processus de digestion. L'eau est réabsorbée, rendant alors les matières indigestes plus compactes : les selles. Ces déchets seront ensuite stockés dans le rectum avant d'être évacués.

5. Et les autres organes dans tout ça?

Nos aliments parcourent tout notre tube digestif en passant par la bouche, l'estomac, les intestins et le rectum mais d'autres organes interviennent également dans le bon déroulement de ce parcours.

  • Le foie : c'est l'organe au sein duquel les macronutriments (glucides, lipides et protéines) contenus dans notre nourriture sont métabolisés. Il assure une fonction de stockage de certaines vitamines et libère le glucose ou les nutriments nécessaires à l'organisme au grès de ses besoins. Il est aussi responsable de la production de la bile qui aide à la digestion des aliments et il est capable de neutraliser les substances toxiques afin qu'elles soient éliminées dans l'urine.
  • Le pancréas : il possède un rôle important en permettant entre autres de réguler le taux de sucre dans le sang. En effet, il est responsable de la sécrétion d'enzymes mais aussi d'hormones : l'insuline et le glucagon.
  • La vésicule biliaire : elle sert de stockage de la bile qui a été sécrétée par le foie. Celle-ci sera alors déversée dans le duodénum en temps voulu.

Notre digestion dépend de beaucoup de facteurs. Sa durée et son bon fonctionnement sont notamment liés au métabolisme de chacun mais aussi à la qualité et la composition de nos repas ainsi que leur préparation et les conditions dans lesquelles ils sont pris. Il existe de nombreuses techniques permettant de prendre soin et même d'améliorer ce mécanisme qu'est la digestion. Nous vous invitons à les découvrir dans notre prochain article de cette série dédiée à la digestion !

Restons en contact !

Abonnez-vous à notre nüsletter pour recevoir des articles, des idées recettes, des actualités, sans aucun spam c'est promis.